Le directeur central de la Police Judiciaire, Frantz Thermilus, a révélé à la presse hier les premières informations dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de Monique Pierre, fiancée du commissaire de police des Gonaïves, Ernst Dorfeuille.

Il indique qu'un important réseau de kidnappeurs, ayant des membres dans plusieurs organismes de l'état, est responsable de l'assassinat de la jeune femme de 33 ans. Des avis de recherche sont lancés contre ses faussaires, anciens policiers et agents de la PNH, membres de ce réseau assure le commissaire divisionnaire.

Frantz Thermilus soutient que des anciens commissaires de police, membres de ce réseau utilisent leur influence pour perpétrer leur forfaits.

Révélant des extraits du rapport des enquêteurs de la police judiciaire, le commissaire divisionnaire signale que le véhicule implliqué par les assassins de Monique Pierre avait été utilisé dans deux autres cas d'enlèvement. " La voiture, volée en septembre à la Catholique Relief Service (CRS), a changé de couleur a deux reprises", informe M. Thermilus précisant que le propriétaire de la plaque minéralogique est en cavale.

Dans le même temps, le chef de la police judiciaire fait état des relations privilégiées que la victime entretenait avec des trafiquants de drogue. Frantz Thermilus entend poursuivre l'enquête afin de voir plus clair dans les actions de Monique Pierre.

Par ailleurs, l'étau se resserre autour du commissaire municipal des Gonaïves placé en garde à vue par les autorités judiciaires. Une arme illégale a été retrouvée par les enquêteurs de la DCPJ lors d'une perquisition au domicile de Ernst Dorfeuille.

Le commissaire Dorfeuille avait comparu hier par devant le chef du parquet de Port-au-Prince dans le cadre de l'enquête.