Le président de la Chambre de commerce et d'Industrie d'Haïti (CCIH), Réginald Boulos plaide en faveur d'une modernisation de l'économie haïtienne afin qu'elle soit compétitive et indépendante de l'aide internationale.

Intervenant à la rubrique le point sur Radio Métropole, l'homme d'affaire, Réginald Boulos dit avoir soumis à l'intention de l'envoyé spécial des Nations Unies pour Haïti, Bill Clinton, un ensemble de propositions susceptible de renforcer l'économie haïtienne dans le cadre de la reconstruction du pays.

L'économie haïtienne doit être capable de générer une croissance de l'ordre de 5 à 10 % par an. Elle doit aussi prioriser l'agriculture et le tourisme, déclare Réginald Boulos.

Pour parvenir à cet objectif, le président de la CCIH estime qu'il est nécessaire que le secteur des affaires mette l'accent sur la décentralisation, le renforcement de l'état et plus de transparence dans la gestion du pays.

Par ailleurs Monsieur Boulos a fait remarquer que le secteur a réagi favorablement à la visite hier lundi des deux anciens présidents américains, Georges Bush et Bill Clinton.

Il estime que cette visite peut être hautement bénéfique pour Haïti. Selon lui ces deux personnalités peuvent facilement influencer certains hommes d'affaires étrangers désireux d'investir dans le pays.

A l'issu d'un colloque sur la reconstruction d'Haïti, les leaders du secteur privé ont soumis des recommandations au gouvernement. La décentralisation, la recapitalisation de la classe moyenne et la relance de l'agriculture sont les principales propositions du document élaboré par les représentants des associations patronales et des chambres de commerce.

Le Président de la République, René Préval avait donné la garantie aux membres du secteur privé, que ces recommandations seront prises en compte dans le plan qui sera présenté à la conférence des donateurs qui se tiendra à New York le 31 mars prochain.

EJ