Scientifiquement, rien dans la structure économique du pays ne prouve que la valeur du dollar est de 60 ou 70 gourdes a insisté l'économiste Kesner Pharel.

Ce lundi, lors de son intervention coutumière durant le journal du matin de Radio Métropole, il a estimé que les spéculateurs recherchent actuellement un « prix plancher » de la devise américaine. Dans tous les cas de figure, ce type d'intervention est néfaste pour l'économie du pays affirme le spécialiste. Une telle chute de la valeur de la monnaie américaine ne peut qu'avoir des conséquences sur les opérateurs économiques.

Pour l'économiste, cette baisse ne mènera pas non plus à une chute rapide des prix, dans la mesure où les stocks qui ont été constitués à l'époque où le dollar valait plus de 110 gourdes doivent être écoulés à leur tarif actuel. Dans le cas contraire on assisterait à la faillite de nombreux opérateurs, souligne-t-il.

Quelle que soit la valeur atteinte, la gourde va devoir se stabiliser durablement afin d'éviter que ces fluctuations incessantes à la baisse ou à la hausse, ne perturbent l'économie nationale, déclare l'économiste.

Politique et gestion monétaire font mauvais ménage
« Le marché détermine la valeur d'une monnaie et non les interventions des autorités » selon l'analyste. Kesner Pharel dit craindre que les récentes sorties du chef de l'état concernant la gourde inquiètent davantage les secteurs économiques et suscitent une réaction négative de leur part.

AL / radio Métropole Haïti