"Haïti a fait un pas de plus vers l'isolement international", c'est le commentaire du gouvernement américain après l'entrée en fonction de nouveau Parlement à nouveau à dominante Lavalas. C'est aussi la première réaction officielle au niveau international depuis lundi .

L'ambassade des Etats-Unis a déploré le refus des autorités haïtiennes de prendre en compte les contestations nationales et internationales autour du mode de comptage pour les récentes législatives .

Par ailleurs, le dirigeant de l'Organisation du Peuple en Lutte (OPL), Gérard Pierre Charles se dit encouragé par la rencontre qu'il a eu avec M. Steinberg en compagnie de ses collègues de l'Opposition.

M. Charles a révélé que le diplomate a clairement indiqué que les Etats-Unis n'allaient pas coopérer avec le Parlement Lavalas. Il a fait savoir au diplomate Steinberg que la tenue de la présidentielle de novembre serait impossible sans la résolution de la crise née des élections du 21 mai.

Entre-temps, une nouvelle rencontre a eu lieu le mercredi 30 août entre le président de la république , M. René Préval , et les membres du Conseil Electoral Provisoire autour de la tenue de la présidentielle du 26 novembre. Lors de cette réunion , les deux (2) parties ont fait le point sur certaines dispositions à adopter dans le cadre de l'organisation de cette élection .

Le président du CEP, M. Ernst Mirville, a laissé entendre que des membres de la communauté internationale sont disposés à coopérer à l'organisation de la présidentielle et s'est déclaré dans l'ensemble satisfait de la rencontre avec le Chef de l'Etat sur le dossier du scrutin présidentiel.