" Nous commencons à mieux définir les problèmes et les sorties' a notamment déclaré Luigi Enaudi qui a soumis une proposition aux protagonistes en vue d'une sortie de crise.

Selon le numéro deux (2) de l'OEA, une solution pourrait être révélée à la presse avant son départ pour les Etats-Unis . Toutefois, M. Enaudi qui doit quitter le pays le samedi 21 octobre, a révélé qu'il est assez difficile de négocier en Haïti. "Tout le monde se croit intelligent " a fait remarquer le diplomate américain pour expliquer ces difficultés à satisfaire les deux (2)camps.

Le secrétaire général adjoint de l'OEA qui considère toujours sa mission comme étant celle de la dernière chance soutient que l'heure est à la décision. De son côté, la communauté internationale se dit très optimiste quant à une sortie de crise. L'ambassadeur du Canada, Gilles Bernier croit qu'il s'agit d'une question de temps de reflexion. " Nous les nord-américains nous avons l'heure, vous les haïtiens vous avez le temps alors prenez votre temps " a conclu le diplomate canadien.