L'administration Clinton et le congrès américain maintiennent la pression sur le pouvoir lavalas, pour que les élections législatives et locales puissent se dérouler au plus vite dans le pays.

Le gouvernement Clinton et le congrès mettent en garde contre un éventuel isolement d'Haïti sur la scène internationale, si le parlement n'entre pas en fonction le 12 juin. Selon la presse américaine, les menaces de sanctions contre Haïti sont, de plus en plus, évoquées à Washington.

Cependant, la date du 12 juin, pour la rentrée parlementaire, n'est pas considérée comme une date-butoir par le gouvernement haïtien. Le Premier Ministre l'a clairement expliqué, hier. Jacques Edouard Alexis soutient que la priorité du pouvoir reste et demeure la tenue de bonnes élections dans le pays.

M. Alexis indique que le gouvernement entend accroître la pression sur le CEP, pour l'organisation des élections. Le Premier Ministre a, de plus, dénoncé des failles techniques, présentes dans la machine électorale.

Jacques Edouard Alexis déclare regretter que le CEP ait rejeté la proposition du Président Préval, pour la tenue de séances conjointes de travail, sur l'évaluation du processus électoral. Le Premier Ministre décerne un satisfecit à son gouvernement sur la question de la réalisation des élections.