Plusieurs centaines de résidents des quartiers populeux de Village de Dieu et Cité Plus à Martissant, ont exprimé leur colère contre les gangs armés qui ont établi leurs repaires dans ces bidonvilles. Ils ont défilé dans plusieurs artères de la capitale, hier mercredi 10 avril 2018, afin de lancer un cri d'alarme à l'endroit des autorités.

De nombreux résidents ont fui ces quartiers en raison de la résurgence des actes de violence. Les citoyens rappellent que la paix était revenue dans ces bidonvilles non loin du théâtre national. On pouvait se déplacer dans les rues vers minuit et 2 heures du matin, explique un résident qui a abandonné sa maison.

Il réclame une intervention urgente des forces de l'ordre pour appréhender le chef de Gang, connu sous le nom d'Arnel, qui a instauré la terreur dans le bidonville.

Un citoyen explique que sa maison a été saccagée par les membres du gang d'Arnel, un évadé. Il faut arrêter les voleurs, scandaient les manifestants. Les résidents, qui ont dû fuir, sont hébergés par des proches et amis dans d'autres quartiers.

En colère les manifestants se plaignent du retard des autorités policières et judiciaires dans la mise en place de dispositions pour ramener la paix dans les bidonvilles.

Selon les résidents les membres du gang d'Arnel sont responsables de plusieurs assassinats et cambriolages dans le bidonville. Ils veulent provoquer la fuite de tous les résidents, explique un citoyen. Le ministre de la justice, le chef de la police et la direction départementale de la PNH doivent appréhender ces criminels, insiste t-il.

Le chef de gang aurait passé 6 ans au Pénitencier National avant son évasion. Selon les résidents il n'est pas un natif du bidonville mais est venu y établir le repaire de son gang.

Les résidents ont critiqué la remise en liberté de plusieurs criminels par les autorités au cours des dernières années.

LLM / radio Métropole Haïti