La pénurie de produits pétroliers persiste depuis plus d'une semaine dans la capitale Haitienne. Plusieurs stations à essence sont en rupture de stock confirment des employés à radio Métropole. Les citoyens redoutent une rareté et nombre d'entre eux s'évertuent à stocker les hydrocarbures .

Une situation qui préoccupe les citoyens d'autant que les messages rassurants du directeur du Bureau de Monétisation de l'Aide Publique au Développement (BMPAD), Paul Ignace Saint Fleur n'ont pas été suivis d'effet.

Le président de l'Association des Médias Haitiens (ANMH), Frantz Duval, estime que les pénuries récurrentes sont les signes d'un bras de fer entre le BMPAD et les compagnies pétrolières. Ces compagnies jugent qu'elles devraient être autorisées à importer les produits pétroliers comme par le passé.

Le BMPAD est intervenu pour prendre le monopole dans le secteur dans le cadre de l'accord Pétrocaribe . Les compagnies qui détiennent l'expertise dans l'achat sur le marché spot n'entendent faire aucun cadeau au BMPAD.

De plus le BMPAD doit trouver des dollars qui sont de plus en plus rares. Une véritable course contre la montre sur deux axes différents et compliqués pour le BMPAP.

Il s'agit d'un secteur important et stratégique avec un chiffre d'affaire de 100 millions de dollars par mois. Avant Pétrocaribe le gouvernement intervenait dans la perception des taxes et la fixation des prix de l'essence à la pompe.

M. Duval doute que les autorités n'ont pas dit toute la vérité sur ce dossier qui préoccupe au plus au point les citoyens. La méfiance des citoyens ne fera qu'empirer la crise puisque les cargaisons des tankers seront immédiatement stockés dans les entreprises et les résidences.

LLM / radio Métropole Haïti