La responsable Media du FMI Randa Elnagar , annonce que l'accord de prêt entre Haïti et le FMI ne sera pas examiné ce 24 avril par le conseil d'administration. Elle a clairement expliqué que l'organisation mondiale avait déjà pris la décision, et ceci depuis la révocation de Jean Henry Céant, d'attendre qu'un nouveau gouvernement soit installé avant de soumettre l'accord à l'approbation du conseil d'administration du Fond Monétaire international.

Randa Elnagar a été claire dans sa correspondance responsive. Au delà de la mise en place d'une nouvelle équipe gouvernementale, le FMI exige également la soumission au parlement haïtien d'un budget.

L'institution financière internationale présidée par Christine Lagarde souhaite que la prochaine loi de finance reflète les paramètres de l'accord négocie avec Haïti.

Rappelons que le Président de la Chambre basse Gary Bodeau lors de son passage à Washington avait expliqué au FMI qu'Haïti avait besoin d'au moins 2 mois pour mettre en place un gouvernement. Prochaine loi de finance reflète les paramètres de l'accord négocie avec Haïti.

Selon Randa Elnagar, Media Officer du FMI, les deux mois sollicités par Gary Bodeau risquent de ne pas suffire considérant les exigences du Fonds.

L'organisation de Bretonwood affirme vouloir travailler avec Haïti afin d'aider les haïtiens à surmonter les énormes difficultés sociales et économiques auxquelles ils font face.

Toutefois, le FMI estime qu'en ce moment des incertitudes subsistent concernant la politique économique appliquée dans le pays, et ce n'est pas différent pour la situation politique selon la responsable de Media qui souhaite que ces incertitudes soient levées.

229 millions de dollars étaient donc promis à Haïti sur trois ans, sous forme de prêt a un taux préférentiel de 0%. Le FMI s'était montre clément en accordant au pays 100% de son quota à l'organisation et en accélérant le processus de décaissement.

Une première tranche de 45.3 millions de dollars aurait été décaissée avant septembre de cette année si l'accord avait été soumis a temps, sois ce 24 avril, au conseil d'administration. Mais ca c'était sans compter sur l'instabilité politique qui a emporte le gouvernement de M. Céant quelques jours après la signature de ce document. Jusqu'au 22 Mars, alors que Gery Rice, directeur de communication du FMI, avait annoncé le gel des 229 millions de dollars, le président haïtien a cru et a affirmé que ce 24 avril, le conseil allait statuer sur l'accord.

Mais aujourd'hui, il ne fait plus de doute, la crise politique aura eu raison de cette initiative présentée comme une bouffée d'oxygène pour un pays qui fait face à un problème vital de devise, ce qui n'est pas sans conséquence sur le taux de change...

LG/Radio Métropole Haïti