Au cours des derniers jours les gangs armés ont accentué les violences à Martissant, quartier populeux au sud de la capitale.

Le week end écoulé 3 personnes, dont un policier, ont été tuées par les bandits. Le policier assurait la sécurité d'un jeune migrant au Chili qui rendait visite à ses parents.

Des résidents déplorent l'absence de réaction des forces de l'ordre. Des parents d'un syndicalistes n'avaient pu bénéficier de l'appui d'une patrouille de police pour qu'un juge puisse dresser le procès verbal du décès.

Les gangs armés ont resserrer l'étau sur les résidents de Martissant, pratiquement livrés à eux mêmes.

Les autorités avaient pourtant fait état d'un dispositif sécuritaire durant la période estivale.

Dans le même temps au bicentenaire les bandits armés font régner la terreur. Riverains et utilisateurs de la voie publique figurent parmi les victimes des affrontements entre les gangs rivaux.

Entre temps au wharf de Jérémie, les membres de la commission nationale de désarmement démobilisation et Réinsertion (CNDDR) ont récupéré 4 armes à feu et 50 projectiles. M. Jean Rebel Dorcenat, membre de la commission, insiste sur la nécessité de poursuivre les efforts pour récupérer les munitions.

Les membres du gang Mikanor du wharf de Jérémie, après cette remise symbolique, poursuivront les négociations avec la CNDDR en vue de leur réinsertion sociale.

LLM / radio Métropole Haïti