Le gouvernement haïtien a publié hier un décret mettant un terme aux autorisations de fonctionnement pour les journalistes durant la période de l'état d'urgence. Dans ce décret, adopté lors d'un conseil des ministres spécial, le gouvernement indique que les journalistes ainsi que d'autres professionels dont les membres du système sanitaire et les pompiers peuvent exercer leur fonction durant les heures de couvre feu.

Cette décision est saluée par le coordonnateur de SOS Journalistes, Guyler C. Delva. C'est une victoire pour la démocratie et la liberté de la presse, a dit l'ex ministre de la communication.

Il se réjouit de la compréhension du chef de l'État , Jovenel Moïse, du Premier Ministre, Joseph Jouthe, et d'un ministre de la communication qui ont adopté une décision de sagesse en corrigeant une erreur.

M. Delva a toujours combattu cette décision faisant valoir que la constitution fait état de restriction sur la liberté de la presse uniquement en période de guerre.

Il salue l'engagement de plusieurs organisations de presse ayant dénoncé cette disposition. Le décret prévoit 3 000 gourdes d'amende, de 15 jours d'emprisonnement ou de travaux d'intérêt général en guise de sanction.

LLM / radio Métropole Haïti