Plus d'une semaine après la tenue du premier tour des élections législatives et locales, le Conseil Electoral Provisoire n'a toujours pas publié, du moins officiellement, les résultats partiels du scrutin.

Et on est dans l'attente puisque la controverse s'amplifie et la pression s'accentue sur le CEP. D'une part, le parti de l'ex-Président Aristide, Lafanmi Lavalas ne cesse de proclamer une très large victoire, et depuis une semaine, les membres de cette formation politique, au son de la musique, déambulent dans le rues de la capitale.

Parallèlement, une fuite en avant est engagée, la Télévision d'Etat a déjà diffusé des résultats dans la lignée de l'opinion de Fanmi Lavalas.

D'autre part, l'opposition continue de dénoncer des fraudes massives qui ont entâché le scrutin et parle déjà de résultats non crédibles. Le Groupe de Convergence prône l'option zéro à un moment une vague d'arrestation frappe l'opposition.

Cette attitude n'est pas partagée par l'ensemble de la communauté internationale qui estime que les élections se sont généralement bien déroulées, en dépit des irrégularités. Les missions d'observation, tant sur la plan national qu'international, sont également sur la même longueur d'ondes. Des cas de fraudes massives n'ont pas été relevés.

Entre-temps, le RDNP, le parti de l'ancien Président Manigat a décidé de se retirer de la course.

Voici donc un extrait de la lettre du RNDP intitulée :"Décision de retrait du RDNP".

"Vu les nombreux accrocs, irrégularités et manipulations du processus électoral depuis l'accord du 6 mars 1999 tendant à la mise en place d'un dispositif préparatoire outrageusement partisan" (...)

"Vu les illégalités constatées dans l'application de la "loi" électorale du 19 juillet 1999, notamment en son article 126 relatif aux modalités de formation des comités des bureaux de vote dont le choix des membres a été imposé en violation flagrante de cette dite loi qui prescrit un tirage au sort, lequel n'a jamais été réalisé". (...)

"Vu les conditions inacceptables dans lesquelles ont eu lieu les opérations de collecte, de dépouillement et de comptage de voix dans la journée et la nuit du dimanche 21 mai, et malgré leur aval empressé sous la forme d'un satisfecit étonnant de l'observation officielle" (...)

"Le RDNP, par l'organe de son Conseil Exécutif National (CEN) en vertu d'une décision prise à l'unanimité de ses membres présents en sa réunion ordinaire du samedi 27 mai courant, annonce au CEP et au pays qu'il demande l'annulation formelle des élections du 21 mai pour illégalité, irrégularités, manipulation frauduleuses, magouilles et confiscation au profit du parti au pouvoir en place et, en attendant d'obtenir satisfaction, s'abstiendra de participer à la continuation du processus électoral tel qu'engagé et dont il confirme en conséquence son retrait par la présente".

Cette lettre est signée de Leslie F. Manigat, Sécrétaire Général et Leader politique du RDNP.