La majorité des partis et regroupements politiques de l'opposition se retirent de la course électorale ; l'annonce a été faite dans un communiqué conjoint, publié par le Groupe de Convergence.

Les membres du Groupe de Convergence : l'Espace de Concertation, le RDNP, l'OPL, le MPSN, le MOCHRENA, et le PADHEM, reprochent au Conseil Electoral Provisoire (CEP) de n'avoir rient effectué dans le sens du respect du vote populaire. Ce Groupe déclare nulles le scrutin du 21 mai et annonce aussi le retrait de tous ses candidats.
Selon le Groupe de Convergence, le processus électoral est sous le contrôle du gouvernement de facto et du Conseil Electoral Provisoire, qu'il juge incompétent et partisan.

De plus, les partis et regroupements du Groupe de Convergence lancent un appel à la mobilisation citoyenne, contre ce qu'ils qualifient de régime "anarcho-populiste" du Président Préval. Ce régime, toujours selon eux, ouvre la voie à un totalitarisme orchestré par Jean-Bertrand Aristide, qui a procédé à la sélection des divers bénéficiaires de cette farce électorale.