Le dirigeant de l'OPL, M. Gérard Pierre-Charles, prend le contre pied de la récente déclaration faite par le conseiller Macajoux Médard sur les ondes de la télévision d'Etat. Selon M. Pierre-Charles, il s'git d'une manoeuvre pour tenter de légaliser les résultats partiels du scrutin du 21 mai.

M. Pierre-Charles a traité de faux-nationaliste M. Macajoux Médard.

D'autre part, les difficultés ne cessent de se mutiplier pour le Conseil Electoral Provisoire, depuis la tenue du 1er tour des législatives et locales, le 21 mai dernier. Outre les contestations croissantes de l'opposition et les réserves formulées par la communauté internationale, l'institution risque d'être amputée de plusieurs membres suite à l'appel à la démission lancé par l'Espace de Concertation (EC) qui appelle les autorités à mettre l'action publique en mouvement, contre les auteurs de fraudes électorales. Selon eux, le nombre de votants communiqués par le Conseil Electoral Provisoire est supérieur au nombre d'électeurs potentiels inscrits lors du scrutin. De plus, l'Espace condamne les déclarations faites par le Conseiller Médard concernant les observations de la Mission de l'OEA.

Par ailleurs, les partis de l'opposition continuent de réclamer l'annulation des élections législatives et locales du 21 mai. L'Organisation Peuple en Lutte (OPL), membre du Groupe de Convergence, a dénoncé, le lundi 5 juin, les nombreux cas d'irrégularités et de fraudes enregistrées lors du scrutin. L'organisation appelle le CEP a apporter d'urgence les correctifs nécessaires.