Le Conseil Electoral Provisoire (CEP) est déterminé à organiser le deuxième tour des élections dans la Grand'Anse, le dimanche 30 juillet, en dépit des démissions importantes enregistrées dans l'appareil électoral de cette région du pays.

La publication des résultats du premier tour contesté dans la Grand'Anse a confirmé la victoire de Fanmi Lavalas. En effet, les candidats Louis Gérald Gilles et Clones Lans, tous deux du même parti ont obtenu la majorité absolue des votes, selon l'équipe de Ernst Mirville, et sont sortis premier et deuxième sénateur.

Le parti de Jean Bertrand Aristide peut désormais compter sur 18 des 19 postes qui étaient en jeu. Toujours dans la Grand'Anse, quatre (4) nouveaux députés lavalassiens s'est ajouté à la longue liste des élus du parti. Ce n'est pas tout, Jean Bertrand Aristide a encore de quoi espérer beaucoup du second tour quant on sait que sur les 14 candidats à la députation en ballotage pour le département, la Fanmi Lavalas peut compter sur cinq (5) candidats en position favorable.

Les partis Eskanp/Korega, OPL et Espace de Concertation et un indépendant en lice, se disputeront les huits (8) autres postes à pourvoir, voulant une fois pour toutes en finir avec le processus qui traîne indéfiniment en longueur ; le Conseil Electoral Provisoire (CEP) fera d'une pierre plusieurs coups.

Des élections partielles se dérouleront dans le Sud-Est notamment à Marigot, Cayes-Jacmel et aussi à Terrier Rouge ou des électios n'ont pu se tenir. Et pour faire face aux démissions en cascade enregistrées dans la Grand'Anse, le CEP s'active pour le moment à remplacer les dissidents, du moins c'est ce qu'une source nous a appris.

La même source a aussi révélé que des dispositions sont prises pour garantir la sécurité des élections dans la Grand'Anse, d'ailleurs la sécurité à Anse d'Hainault a été au centre de l'entretien déroulé à la primature, le mardi 25 juillet, avec le Conseil Electoral Provisoire (CEP). La détermination de l'exécutif en ce sens paraît sans faille.