Le Président de la République, René Préval, dans un arrêté en date du 4 août, rendu public le 11 août, a annoncé la date du 26 novembre pour les élections présidentielles et le renouvellement d'un tiers du sénat.

Le Chef de l'Etat a aussi modifié le mandat de l'actuel Conseil Electoral Provisoire (CEP) contesté, qui était d'organiser les élections législatives et locales.

Dans le texte, René Préval a souligné que les élections indirectes devant aboutir à la formation du Conseil Electoral Permanent n'auront pas lieu et qu'il revient au Conseil Electoral Provisoire d'Ernst Mirville de poursuivre le processus électoral.

Cette décision du Chef de l'Etat intervient une semaine avant l'arrivée de la mission de Bons Offices de l'Organisation des Etats Américains (OEA), dirigée par son sécrétaire général, César Gaviria. La communauté internationale, de même que l'opposition, ont contesté les résultats du scrutin du 21 mai, donnant largement vainqueur le parti de Jean Bertrant Aristide, Lafanmi Lavalas.

Par ailleurs, le sécrétaire de l'Organisation des Nations Unies (ONU), dans un rapport publié le mercredi 9 août, avait une fois de plus, appelé les autorités haïtiennes à corriger les erreurs contenues dans le comptage des sénatoriales du 21 mai.