Le récent cri des intellectuels haïtiens a fait du chemin. La protestation citoyenne a reçu l'adhésion de plus d'une vingtaine de personnalités haïtiennes résidants à Montréal, au Canada. Dans un texte intitulé "Ouvrir la voie à la Démocratie", ces intellectuels dénoncent la situation de crise socio-politique qui persiste dans le pays.

La "Protestation Citoyenne" portant les signatures de plus de 190 intellectuels haïtiens, n'a pas seulement provoqué des remous au niveau de la classe politique haïtienne, elle a fait également des vagues dans la diaspora. Plus d'une vingtaine d'intellectuels haïtiens résidants au Canada, n'ont pas tardé à emboîter le pas pour exprimer leur solidarité et dénoncer l'état actuel des choses dans le pays.

Fred Doura, Lucien Smarth, Claude Mois, Lys Montas, Emile Olivier, Lionel Prosper et Franklin Midi, entre autres, ont eux aussi, exprimé leur ras le bol par rapport à la dégradation du climat sociopolitique chez nous. Haïti, disent-ils, aura manqué un rendez-vous électoral décisif, dont l'objectif, je cite, était de parvenir au rétablissement intégral et légitimement confirmé des institutions constitutionnelles.

Les intellectuels haïtiens au Canada indiquent que le scrutin du 21 mai, avec son cortège de violences et d'intimidation et de coups de force, annonce une nouvelle péripétie de la longue crise de transition vers la démocratie. Ils dénoncent le fait que certaines attitudes qu'on croyait appartenir au passé fassent à nouveau surface tel se taire ou se terrer.

Ils expriment aussi leur inquiétude face à la progression de la logique du pouvoir pour le pouvoir, et de tout le pouvoir à tout prix. Bien des menaces pèsent sur le pays, tels que coups de force, attentats aux droits des citoyens et de violences ochestrées, s'alarment-ils, tout en exprimant leur indignation face aux déroutements successifs du processus démocratiques.

Ces intellectuels, qui déclarent se joindre à tous ceux qui défendent les principes démocratiques et qui travaillent à l'instauration de l'état de droit condamnent l'impunité systématique et la confiscation des pouvoirs. Le climat de peur et l'insécurité, la démobilisation des individus et des collectifs sont en passent de conduire Haïti vers l'isolement, et du même coup contribué à la régression économique du pays.

Les intellectuels haïtiens au Canada en appellent aux compatriotes, aux démocrates, aux partis politiques, aux organisations de la société civile pour qu'ils opposent un refus aux détournements, je cite, des procédures démocratiques. Enfin, ils plaident en faveur de la promotion de la libre délibération publique et de la négociation pour la construction d'une société démocratique.