L’avocat des victimes du massacre de la scierie, Samuel Madistin qualifie de "scandaleux " la libération de l’ex-député Amanus Mayette soupçonné d’être impliqué dans l’assassinat de plusieurs dizaines de personnes à Saint Marc le 11 février 2004.

Maître Madistin indique que la décision du doyen du tribunal civil de Saint Marc, Ramon Guillaume, est avilissant pour le système judiciaire haïtien. " Comment voulez-vous qu’un dossier qui est traité par la cour d’appel, suite à une décision d’un juge d’instruction, puisse être pris en charge par un juge qui ordonne la libération en se referant à l’habeas corpus", soutient le juriste.

Tout en rappelant qu’on peut faire référence à l’habeas corpus uniquement dans le cas où la personne n’a jamais comparu devant un juge, Maître Madistin estime qu’il s’agit d’une décision politique d’une grossièreté sans pareil. " Vendredi dernier le ministre de la justice, René Magloire, avait organisé une réunion avec le doyen, Ramon Guillaume et le commissaire du gouvernement, Worcky Pierre, afin de passer les instructions pour la libération de Amanus Mayette ", assure t-il.

Toutefois Samuel Madistin croit que cette décision ne met pas un terme à la procédure qui doit se poursuivre au niveau de la cour d’appel. " Tous les prévenus, Yvon Neptune, Jocelerme Privert et Amanus Maillette devront comparaître par devant la nouvelle composition de la cour d’appel", soutient –il précisant que le président de la cour d’appel, Hugues Saint Pierre est mort mais le dossier n’est pas mort.

Il qualifie de " suspect" le décès tragique de Hugues Saint Pierre parce que ce dernier refusait de recevoir des dictées du ministère de la justice. " Ils ont profité du décès de Hugues Saint Pierre pour prendre cette décision", précisant que le juge Guillaume a commis un crime abominable contre la loi.

" Le juge Ramon Guillaume s’est comporté comme un délinquant puisque le dossier ne concernait pas sa juridiction ", ajoute t-il.