Le processus électoral a pris un virage dangeureux avec les dernières déclarations de l'Exécutif concernant les nouvelles dates annoncées par le CEP pour la tenue des élections.

En effet , le Chef de l'Etat s'est clairement démarqué des dates du 9 avril et du 21 mai retenues par le CEP pour le premier et le second tour du scrutin. Le Président René Préval paraît choqué de n'avoir été informer que par la voie de la presse de la décision du CEP. C'est un véritable coup de froid qui semble s'installer dans les relations entre le CEP et l'Exécutif.