C'est la première fois depuis les élections avortées de 1987 qu'on enregistre une situation de ce type dans le pays. Aucun meeting n'a été organisé depuis le lancement officiel de la campagne électorale le mardi 31 octobre. Même au niveau des stations de Radio et télévision aucun spot promotionnel n'a été lancé, les candidats engagés dans la course à la présidence se montrent donc indécis.

Entre-temps, le candidat à la présidence Paul Arthur Fleurival menace de se retirer de la course électorale . M. Fleurival réclame des changements au sein de l'appareil électoral et dénonce ce qu'il appelle la main mise du pouvoir Lavalas sur l'institution électorale.