L'ancien président haïtien a souhaité le lundi 27 novembre que les secteurs démocratiques et politiques définissent rapidement une alternative au pouvoir lavalas. Pour le leader du Rassemblement des Démocraques Nationaux Progressistes (RDNP), Lesly François Manigat, le chef de la Fanmi Lavalas devrait tirer des leçons de l'échec électoral du 26 novembre. Le dirigeant du RDNP a affirmé que le compromis national doit nécessairement passer par l'annulation du scrutin du 21 mai et la reprise du processus électoral.

' Le changement ne peut venir des lavalassiens qui sont des experts en dilatoire " a laissé entendre M. Manigat estimant que la Fanmi Lavalas a pendant longtemps exclu les autres secteurs de la vie nationale de la scène politique. " Aujourd'hui il faut défaire ce qui a été malfait pour aboutir à un véritable compromis " a précisé le responsable politique qui a insisté sur la nécessité de créer les conditions nécessaires pour la réalisation de vraies élections dnas le pays avec la participation de tous les partis politiques.

L'Organisation du Peuple en Lutte (OPL) a rejeté l'appel au dialogue lancé par le leader de la Fanmi Lavalas Jean Bertrand Aristide . L'un des porte-parole de l'OPL Sauveur Pierre Etienne pense que le parti Lavalas doit tout d'abord reconnaitre son échec aux élections de dimanche et ensuite renoncé aux violences. M.Pierre Etienne estime que M. Aristide devrait présenter ses excuses pour les torts causés à l'Opposition pour l'incendie de son local et à la population en générale pour l'insécurité, la misère qu'a engendré le régime lavalas. Il demande aux partis politiques et la société civile de faire front commun afin de résister à Lavalas.