Dans une note rendue publique le mardi 5 décembre les responsables de l'Eglise Catholique se sont déclarés révoltés par ces actes qu'ils ont qualifiés de forfaits. Il entendent ainsi exprimer leur indignation et élever leur voix pour condamner un tel sacrilège .

Les autorites de l'Eglise Catholique ont profité également de cette note pour condamner toutes les interventions armées qui sèment la terreur un peu partout dans le pays. La Conférence Episcopale d'Haiti (CEH) réclame le respect des droits de la personne humaine et le respect des lieux de culte . La CEH a appelé les responsables de l'Etat à freiner ces genres d'exactions qui risquent selon elle de plonger le pays dans une spirale de violence.

Les évêques de la Conférence Episcopale d'Haiti ont renouvelé l'assurance de la communion avec l'église de Jésus Christ qui est aux Cayes. La CEH a du même coup exprimé sa solidarité avec les personnes victimes de cette brutalité et les familles éprouvées.

Amnesty International a dénoncé le mardi 5 décembre la détérioration des droits de l'homme en Haiti. L'organisation internationale de défense des droits de la personne a également exprimé ses préoccupations après l'annonce de retrait de la Mission des Nations-Unies en février prochain.