« Nous sommes prêts à négocier à condition que le chef de la Fanmi Lavalas Jean Bertrand Aristide accepte de renoncer aux élections du 21 mai et du 26 novembre » a notamment déclaré l'ancien sénateur Paul Denis. L'Opposition avait qualifié Jean Bertrand Aristide d'usurpateur de titre suite aux élections du 26 novembre. La Convergence Démocratique qui avait boudé ces joutes estime à moins de 5 % le taux de participation alors que la fanmi lavalas parle de plus de 70 % de participation.

Le sénateur Gérald Gilles issu des élections contestées croit savoir que le parti de Jean Bertrand Aristide est ouvert au dialogue et serait prêt à rencontrer l'Opposition. Mais il n'est pas question de renoncer aux élections du 21 mai et du 26 novembre a precisé Gérald Gilles. « le président élu Jean Bertrand Aristide souhaite rencontrer les membres de l'Opposition pour discuter des moyens à mettre en place pour assurer le développement du pays » a laissé entendre le parlementaire lavalas.

Le président élu du 26 novembre Jean Bertrand Aristide a lancé un appel au dialogue à tous les secteurs de la vie nationale et n'a pas écarté la possibilité d'aborder le dossier des élections contestées du 21 mai .