Les autorités sanitaires haïtiennes n'ont pas communiqué les dernières statistiques en ce qui concerne la progression de l'épidémie de choléra. Le 17 décembre dernier le nombre de décès s'élevait à 2 mille 591 sur 121 mille 518 cas d'hospitalisation.

Les statistiques du Ministère de la Santé Publique indiquent 48 personnes décèdent quotidiennement a travers le pays. L'Artibonite reste la région la plus touchée par l'épidémie avec 47 000 hospitalisations pour plus de 800 décès.

La maladie est considérée comme la conséquence de rites de vodou dans certaines régions notamment la Grand Anse. Le gouvernement a appelé la semaine dernière au calme suite au lynchage de plus de 45 prêtes vodou, accusés d'avoir composé des " poudres de choléra.

Par contre dans certains quartiers de la capitale, cette maladie qui provoque des diarrhées et vomissements est synonyme de honte. Les citoyens rapportent des cas de plusieurs personnes décédées parce qu'elles avaient honte de déclarer leur condition.

Dans certains Centre de Traitement de Choléra (CTC), dont celui de Carrefour des personnes ont été admises dans un état avancé de déshydratation parce qu'elles avaient caché la maladie à leurs proches.

Avec plus de 19 000 cas d'hospitalisation Port-au-Prince est l'une des régions les plus touchées par l'épidémie de choléra. Devant l'ampleur du problème le maire Jean Yves Jason envisage de décréter l'état d'urgence dans sa ville.

Il attire l'attention sur la nécessité de réaliser des travaux d'assainissement et de renforcer la supervision de la commercialisation des sachets d'eau. Les autorités municipales de la capitale annoncent la remise en selle du service d'hygiène afin de contribuer à une lutte efficace contre l'épidémie de choléra.

LLM / radio Métropole Haïti