48 heures après le scrutin, un climat de tension règne dans certaines circonscriptions où des individus armés ont été signalés.

Le porte parole de l'Organisation du Peuple en Lutte (OPL), Harry Marsan, a dénoncé une fusillade contre la résidence du candidat au sénat de la Grand Anse, Andrice Riché. Il assure que des individus armés avaient attaqué la résidence de l'ex sénateur dans la commune de Dame Marie, dans l'après midi du lundi 21 mars 2011.

M. Marsan soutient que les agresseurs se présentent comme des partisans de l'Inité.

Dans le même temps à Belladeres, les candidats de l'Alternative et de l'Inité s'accusent mutuellement d'être a l'origine de l'attaque contre un centre de vote. Le candidat de l'Alternative, Amos Duboirand assure qu'il a été contraint de gagner le maquis en raison des attaques des partisans armés de son concurrent l'ex député Lutherking Marcadieu (Inité). Ce dernier rejette les accusations de M. Duboirand faisant valoir que deux de ses mandataires ont été blessés lors de l'attaque contre le centre de vote.

De son coté, le président du BEC de Belladeres, Bethoven Salomon, accuse les partisans de l'Inité d'avoir tenté de l'assassiner à l'issue de la journée électorale. Le président du BEC avait refusé d'accéder à la demande du candidat de l'Inité relative à l'annulation d'un centre de vote dans la localité de Coifere.

Par ailleurs, le candidat de l'Inité à Thomonde, Enel Appolon, a été appréhendé hier par les forces de l'ordre. L'ex parlementaire est accusé d'avoir participé à une fusillade devant la résidence de son concurrent. 12 autres personnes impliquées dans ces incidents à Thomonde, ont également été appréhendées.

LLM / radio Métropole Haïti