Des juristes haïtiens émettent des points de vue divergents sur la constitution haïtienne vieille de 24 ans. Certains hommes de loi préconisent une réforme de la constitution alors que d'autres estiment que les hommes politiques sont les vrais auteurs du dysfonctionnement des institutions.

Le professeur de droit public Monferrier Dorval plaide pour une réforme en profondeur de la constitution de 1987. Il croit qu'aujourd'hui il faut ajuster la loi mère avec la réalité pour qu'elle ne soit pas une source d'instabilité.

M. Dorval estime entre autres que trop de pouvoir politique ont été accordés aux collectivités territoriales qui ne devraient jouer que des taches administratives. La reforme constitutionnelle doit s'attaquer au régime politique, explique M. Dorval qui note de nombreux dysfonctionnements dans les relations entre l'exécutif et le législatif.

L'ex ministre de la justice, Henry Marge Dorleans, n'est pas de cet avis. Il déplore que les hommes politiques veulent changer une constitution qu'ils n'ont même pas essayé d'appliquer. Dans ses considérations, le juriste regrette le comportement du chef de l'Etat qui a réduit à néant les progrès du gouvernement de transition dans le domaine de décentralisation et de l'institutionnalisation de la justice.

Il estime que le président Préval a tout fait pour déstabiliser les institutions. Aujourd'hui le Parlement est dysfonctionnel et le système judiciaire n'est pas doté de son conseil supérieur rappelle M. Dorléans.

Intervenant à l'émission " Le Point sur le 100.1" de radio Métropole Henry M. Dorleans a rappelé que le gouvernement Préval a ignoré les décrets relatifs à la mise en place des collectivités territoriales.

LLM / radio Métropole Haïti