Le secrétaire général de la Conférence épiscopale d'Haïti (CEH), père Alexandre, affirme que la profanation de la cathédrale du Cap Haïtien est à la fois une provocation et une tentative de déstabilisation. Au lendemain de cette profanation les autorités religieuses ont lancé un appel au calme refusant tout acte de vengeance.

Le secrétaire général de la CEH s'était rendu hier au Cap Haïtien afin de constater les dégâts. Il estime que les auteurs du saccage avaient bien planifié leur forfait puisque des matériels ont été utilisés pour renverser les statuts.

L'église ne répondra pas à cette provocation, promet le prélat rappelant que le président de la conférence épiscopale, Mgr Louis Kebreau, a appelé les catholiques à la prière. Les activités religieuses dans l'enceinte de la cathédrale Notre Dame sont interrompues mais la neuvaine se poursuit devant l'église.

Outre la provocation, le père Alexandre croit que certains secteurs ont perpétré cet acte pour créer un climat de déstabilisation. Il révèle que des tracts appelant à une attaque contre les paroisses catholiques avaient été retrouvés lors des fêtes patronales de Port-Margot et Limbé.

Il donne l'assurance que les tentatives de provoquer des luttes interreligieuses seront vaines rappelant que l'église continuera à prêcher l'unité et la paix. La profanation de la cathédrale a eu lieu quelques jours avant la célébration de la fête Notre Dame.

Interrogé sur les relations avec les cultes protestants, le père Alexandre indique que certaines confessions ont maintenu de bonnes relations avec les catholiques dans le cadre du mouvement œcuménique. Cependant il soutient que certains groupes ont toujours diffusé des messages hostiles à l' endroit de l'église catholique.

LLM / radio Métropole Haïti