Après l'ONU, c'est au tour de l'OEA de réclamer les élections le plus tôt que possible en Haïti. l'Organisation invite le gouvernement à favoriser la rentrée parlementaire le 12 juin.

Dans une déclaration faite à Washington, le Secrétaire Général de l'OEA se dit profondément consterné par l'impasse entre le Gouvernement et le CEP, sur la date définitive des élections. Cesar Gaviria est d'avis que la tenue du scrutin aussitôt que les contraintes techniques le permettent, est crucial pour le développement de la démocratie en Haïti. Le Secrétaire Général de l'OEA précise que la Mission électorale de l'Oganisation en Haïti croit qu'il sera possible de respecter le 9 avril, avec un effort soutenu du CEP, pour compléter l'inscription des électeurs, finaliser la mise à jour des listes électorales, former les membres des bureaux de vote et achever les autres préparatifs nécessaires. L'OEA prie instamment le Gouvernement Haïtien de décréter au plus vite une date pour les élections, afin que l'Assemblée nationale démocratiquement élue puisse avoir lieu le 12 juin tel que stipulé dans la Constitution.

Si les prévisions constitutionnelles en ce qui a trait à l'entrée en fonction du Parlement le 12 juin ne sont pas respectées, de nouvelles perturbations affibliront la consolidation du processus démocratique en Haïti, écrit le Secrétaire Général de l'Organisation des Etats Américains, Cesar Gaviria.