Les avocats de Jean Bertrand Aristide ont indiqué qu'il n'y a pas eu d'audition lors de la visite du chef du Parquet de Port-au-Prince en la résidence de l'ex président.

Mario Joseph et Camille Leblanc ont assuré aux journalistes qu'il y a eu entre les deux hommes des échanges autour des plaintes déposées par Sony Thelusma et Rosemond Jean. Les échanges, qui ont duré une trentaine de minutes, ont permis de faire une mise en contexte du dossier selon les deux juristes.

Mario Joseph a révélé que l'ex président Aristide n'avait nullement l'intention de répondre à la seconde convocation du chef du Parquet. Les avocats ont profité de la présence de M. Dellile à Tabarre pour soumettre leurs objections sur le dossier. Entre autre M. Joseph estime que les faits reprochés par Sony Thelusma, ancien enfant de Fanmi Selavi, sont frappés de prescription.

Selon M. Joseph le président Aristide avait salué la démarche du chef du Parquet qui a permis d'éviter une confrontation entre les forces de l'ordre et les militants lavalas.

Plusieurs centaines de manifestants s'étaient massés devant le Parquet de Port-au-Prince en vue d'apporter leur support à l'ex président Aristide.

Les avocats assurent qu'ils n'avaient pas sollicité une rencontre en la résidence de l'ex président Aristide. J'ai été informé dans la matinée de la décision du chef du Parquet, insiste M. Joseph.

De son coté, maître Camille leblanc a indiqué que le président Ariside a nié toute responsabilité dans la faillite des coopératives. Les allégations sont sans fondements aurait déclaré M. Aristide qui soutient qu'un chef d'Etat ne peut être informé d'un contrat signé entre deux personnes privées.

En ce qui a trait à la plainte de Sony Thelusma, le président Aristide a soutenu que son action au sein de la Fanmi Selavi a permis d'améliorer l'existence de nombreux enfants vulnérables. Il s'est dit résolu à poursuivre son action sociale en faveur des couches vulnérables.

LLM / radio Métropole Haïti