Le premier ministre Laurent Lamothe a réaffirmé n'avoir jamais rencontré dans sa vie le juge instructeur Jean Serge Joseph.

Réagissant au rapport de la commission sénatoriale d'enquête recommandant sa mise en accusation ainsi que du chef de l'Etat, Laurent Lamothe a estimé que ce document découle d'une manœuvre de certains membres de l'opposition visant la déstabilisation du pays.

‘'Les conclusions du rapport de la commission d'enquête ne me surprennent pas mais j'en suis déçu'', a laissé entendre le chef du gouvernement.

Selon le premier ministre Laurent Lamothe, la commission sénatoriale qui enquêtait sur la mort suspecte du magistrat instructeur, survenue le 13 juillet dernier, dont François Annick Joseph en est le président, n'inspire pas confiance de par sa constitution.

‘'La commission est composée uniquement de parlementaire de l'opposition. Son rapport reflète la position politique de ses membres'', a déclaré le premier ministre Laurent Lamothe.

Par ailleurs, le sénateur Wenceslas Lambert, proche du pouvoir en place, a donné la garantie que le rapport de la commission d'enquête ne sera pas voté.

Le parlementaire estime que le travail effectué par ses collègues est non seulement bâclé, tendancieux mais vicié à la base.

Alors que la commission sénatoriale d'enquête a rendu public son rapport, celle mis en place à la chambre basse traine encore les pieds. D'un autre coté, l'enquête enclenchée par le parquet de Port-au-Prince sur ce même dossier poursuit son cours.

G A /Radio Métropole Haïti