Dans la région de Matheux, les candidats de l'opposition se montrent impatients et se mobilisent pour obtenir le départ du Président Préval, en cas de non tenue des élections, le 9 avril.

A Jacmel, visite d'une délégation de la Mission d'Observation Electorale de l'OEA.

Cette délégation, conduite par le Chef de la Mission en Haïti, Orlando Mirville, s'est rendu dans la métropole du Sud-Est pour évaluer le processus.

Dans le Nord-Est,les candidats de l'Espace de Concertation s'activent en vue d'obtenir le maximum de soutien à une demande de démission du Président Préval, en cas de non tenue des élections législatives et locales, le 9 avril.

Ces candidats estiment que les manoeuvres dilatoires de l'Exécutif indiquent clairement qu'il craint la sanction populaire.

Au Cap-Haïtien, des candidats de Lafanmi Lavalas réclament la poursuite des inscriptions d'électeurs, malgré la fin de l'opération depuis dimanche.

Ces membres du parti de Jean Bertrand Aristide estiment qu'un bon nombre d'électeurs n'on pas pu retirer leur carte.

Dans l'Ile de la Gonâve, un candidat indépendant appelle les autorités à mettre tout en oeuvre pour réaliser les élections à la date prévue.

A Saint-Marc, le candidat à la Mairie sous la bannière de l'Organisation du Peuple en Lutte (OPL), exhorte les autorités à réaliser les élections à temps, pour éviter une intervention américaine semblable à celle de Panama. Gérard Toussaint invite l'ensemble des secteurs à la concertation.

A Jérémie, un candidat à la députation, sous la bannière de l'Espace de Concertation, appelle l'Exécutif et le CEP à trouver un terrain d'entente pour débloquer le processus. Patrick Belaston estime que le pays n'est plus en mesure de supporter cette longue crise.