Pour forcer l'annulation de la résolution 168-13, des Canadiens en majorité d'origine haïtienne ont pris l'initiative de viser le talon d'Achille de la République dominicaine : son industrie touristique.

Une campagne qu'ils comptent bientôt étendre à Haïti et à d'autres pays de la région.

Et pour lancer cette campagne contre ce qu'ils qualifient de "décision xénophobe et raciste [qui] rappelle celle qui a mené à l'apartheid en Afrique du Sud", ces canadiens indignés ont mis en œuvre un show médiatique le 10 décembre écoulé à l'aéroport Pierre-Elliot Trudeau de Montréal.

Sur fond d'une toile peinte aux couleurs d'une plage ensoleillée des Tropiques, tendue par deux hommes, une jeune touriste canadienne, portant costume de bain, large chapeau de toile et lunettes de soleil, est assise sous un large parasol sur son manteau d'hiver, exhibant des mains peintes de couleur rouge.

A ses pieds, ses bottes d'hiver, une coupe contenant un liquide de couleur rouge, vin rouge ou sang de migrant. Et puis une large banderole portant cette inscription : "La République dominicaine retire l'existence légale à plus d'un quart de million d'êtres humains".

Il s'agit de frapper l'imagination, de démontrer l'ampleur du "génocide civil annoncé".

Ce coup d'éclat, raconte L'Actualité, un quotidien québécois en ligne, organisé par le Comité d'actions contre la décision 168.13 de la Cour Constitutionnelle de la République dominicaine, vise à inciter les voyageurs canadiens à éviter la République dominicaine, tant que cette décision ne sera pas renversée.

"La quinzaine de militants présents sur place — et rapidement évacués par les agents de sécurité, — exhibaient des pancartes portant des inscriptions comme « Boycottons la République dominicaine !» ou «Nés en République dominicaine = Citoyens dominicains».

«Si vous pleurez la mort de Nelson Mandela [...], vous devez dénoncer la décision raciste, xénophobe et inique des autorités dominicaines», a eu le temps de lancer aux passagers Robert Ismaël, coordonnateur du Comité.

Le Comité est également l'auteur d'une pétition en ligne dont l'objectif est de faire pression sur le gouvernement de la République dominicaine afin de l'amener à invalider la décision 168.13 qui a rendu plus de 200 000 Haïtiano-dominicains apatrides.

"De l'apartheid à quelques heures de chez nous? Nous ne laisserons pas faire cela!", peut-on lire sur le site Web de cette pétition hébergée par Change.org.

Le tourisme est une source importante de devises pour la république dominicaine et l'Amérique du Nord, particulièrement le Canada, représente près de 56% du flux total des touristes visitant le pays.

En 2010 et 2011, les touristes canadiens en République Dominicaine ont dépassé les 600 000 selon les informations fournies par le ministère dominicain du tourisme.

HA/radio Métropole Haiti