Le Gouvernement et le congrès des U.S.A. maintiennent la pression sur le pouvoir Lavalas en vue de la réalisation des prochaines élections et l'installation du Parlement le 12 juin. La presse américaine révèle que des officiels américains et des membres du congrès discutent de la possibilité d'invoquer la déclaration de Santiago de l'Organisation des Etats Américains.

Cette déclaration donne en effet mandat aux ministres des affaires étrangères de l'hémisphère, d'adopter des mesures appropriées contre un des Etats membres de l'OEA, en cas d'interruption du processus démocratique.

Parmi ces mesures citées dans la déclaration de Santiago figurent l'embargo économique.

Dans un article publié à Miami, Don Bowning, un journaliste américain spécialiste des questions haïtiennes, fait remarquer que cette provision de la déclaration de Santiago avait été invoquée pour la première fois, quand les militaires avaient écarté l'ancien Président Aristide du pouvoir, une étape qui allait culminer sur l'intervention des troupes américaines pour restaurer Aristide dans ses fonction en 1994.