Le processus de vérification des 12% de procès verbaux de la présidentielle, s'est poursuivi hier au Centre de Tabulation des Votes (CTV) en l'absence des avocats des partis politiques contestataires. Les avocats de Lapeh, Fanmi Lavalas et Pitit Dessalines avait abandonné le processus vendredi dernier pour protester contre la modification de la procédure de vérification par les juges électoraux.

André Michel, avocat de Lapeh, indique qu'une requête a été adressée au Bureau du Contentieux Electoral National (BCEN) pour réclamer la reprise du processus en présence des avocats des trois partis contestataires. Pour M. Michel et son collègue de Fanmi Lavalas, Gervais Charles, il s'agit d'un processus bâclé. Ils s'étonnent que plus de 300 procès verbaux aient pu être vérifiés en une journée suivant la nouvelle procédure.

Le tribunal avait dans le cadre de la nouvelle procédure refusé que les remarques des avocats soient verbalisées.

André Michel prévient que le rapport de la vérification ne pourra pas leur être opposables puisqu'ils n'étaient pas présents.

La vérification se déroule en présence des avocats du PHTK et des représentants de plusieurs organismes d'observation électorale.

M. Charles a dénoncé deux des organismes d'observation électorale comme étant proche du PHTK.

A la fin de la vérification les juges devront siéger pour les audiences dans le cadre des contestations des trois partis politiques.

LLM / radio Métropole Haïti