Le processus de vérification des votes a repris cet après midi au centre de Tabulation des votes. Les avocats des trois partis politiques contestataires ont, une nouvelle fois, présenté une requête pour réclamer la reprise du processus de vérification avant la modification de la procédure.

Cette requête a été rejetée par les juges électoraux provoquant la colère des avocats et des dirigeants des partis Lapeh, Pitit Desalines et Fanmi Lavalas.

Le juges ont justifié leurs décisions arguant que des représentants de Fanmi Lavalas et de Lapeh étaient présents au CTV après leur abandon officiel.

Une autre requête relative à la présence de l'Oni et de la DCPJ pour la vérification des empreintes a été également rejetée.

Les avocats ont une nouvelle fois abandonné le tribunal arguant cette fois ci qu'ils ont été chassés par les juges électoraux.

Une séance houleuse pour cette reprise des vérification de 12% des procès verbaux de la présidentielle par le Bureau du Contentieux Electoral National. Les avocats des partis contestataires ont accusé les juges d'être à la solde du PHTK.

Un des avocats du PHTK, Reynold Georges, avait sollicité la fin de la vérification en raison de l'absence des avocats des partis contestataires. Sa requête a été rejetée par les juges électoraux.

La présidente du Tribunal, Josette Dorcely, a indiqué qu'il s'agit de la dernière ligne droite dans la vérification des procès verbaux. Environ 300 procès verbaux dans le département du sud notamment devraient être vérifiés pour boucler le processus.

LLM / radio Métropole Haïti