Le sénateur élu haïtien, Guy Philippe comparaitra le 13 janvier prochain par devant un juge dans le district du sud de la Floride (Etats Unis).

Le 7 janvier les officiels américains, dont le procureur des États-Unis pour le district sud de la Floride, le procureur général adjoint, un fonctionnaire de la division criminelle du Département de la justice, un agent spécial en charge, à la "Drug Enforcement Administration" (DEA) des États-Unis, et un Agent Spécial en charge, au "Internal Revenue Service, Criminal Investigation" (IRS-CI), avaient présenté les charges retenues contre M. Philippe.

L'audience du 13 janvier sera consacrée à la mise en accusation de M. Philippe.

Les autorités américaines accusent M. Philippe d'avoir importé plus de 5 kilogrammes de cocaïne entre 1997 et 2001. Il est également accusé d'implication dans le blanchiment d'argent afin de dissimuler sa participation à des activités criminelles, y compris le trafic de stupéfiants entre 1999 et 2003.

Selon l'acte d'accusation M. Philippe aurait transféré un chèque de 112,000 dollars par l'entremise d'une institution financière, affectant le commerce inter-étatique et étranger.

Plusieurs institutions dont la DEA et l'IRS-CI, la Division de la criminalité du Bureau des affaires internationales, le Groupe de travail sur les fugitifs du Service des maréchaux des États-Unis, le Bureau des opérations de terrain de Miami et le Gouvernement haïtien, y compris le Ministère haïtien de la justice, la Police nationale haïtienne et La Brigade de Lutte contre le Trafic de Stupéfiants (BLTS), ont été impliquées dans l'investigation ayant abouti à l'arrestation et l'extradition de M. Philippe.

LLM / radio Métropole Haïti