Le sénateur Joseph Lambert juge que les négociations, réalisées par le Premier Ministre nommé, sont timides. Ancien président du Sénat et ancien conseiller spécial du président Martelly, M. Lambert est un homme politique expérimenté qui a participé à de nombreuses négociations pour la ratification d'un Premier Ministre.

Tandis que M. Lafontant poursuit depuis deux semaines les négociations avec les leaders des groupes parlementaires et les dirigeants des partis politiques en vue de la formation du gouvernement, M. Lambert estime implicitement que les discussions ne sont pas assez profondes. Il se dit tout de même satisfait laissant entendre qu'il faudrait plus d'effort de la part de l'exécutif.

Pour signifier que les négociations n'ont pas véritablement permis de faire avancer le dossier de M. Lafontant, le sénateur Lambert affirme que les chances de ratification du Premier Ministre sont de 50%. Une formule qu'affectionnent les politiques haïtiens pour exprimer l'immobilisme des négociations.

Le Premier Ministre n'a pas encore les pieds sur terre, a dit M. Lambert pour exprimer la vulnérabilité su choix de M. Lafontant face aux législateurs. Il doit travailler dur pour corriger cette situation, conseille le sénateur élu dans le Sud Est.

Joseph Lambert est pourtant un allié du PHTK, puisque ancien conseiller de Michel Martelly. M. Lambert qui était entré dans un profond mutisme au cours de ces dernières semaines a voulu exprimer dans les médias ses inquiétudes en ce qui a trait aux revendications des alliés du PHTK dans la prochaine équipe gouvernementale.

Il se dit prêt à accorder le bénéfice du doute à M. Lafontant, un médecin proche du président Moïse et inconnu du grand public.

Le sénateur Lambert dit craindre une longue transition et des négociations qui s'éternisent. Il insiste sur la nécessité de former un gouvernement dans le meilleur délai pour s'attaquer aux grands défis de la nation.

LLM / radio Métropole Haïti