Le chef du Parquet de la capitale, Danton Leger, a donné le lundi 13 mars dernier les ordres pour l'analyse des spécimens prélevés sur la cadavre de l'ex président René Préval.

Les médecins légistes peuvent désormais réaliser des examens approfondis, a laissé entendre la commissaire du gouvernent rejetant les rumeurs relatives à un décès par empoisonnement.

Les examens des spécimens prélevés sur différentes parties du cadavre de René Préval vont être réalisés sous la houlette des médecins légistes Armel Demorcy et Marjorie Pierre. M. Leger donne l'assurance de l'impartialité de l'enquête. En début de semaine le chef de service de l'Institut médico-légal a prêté serment par-devant le juge de paix pour respecter l'article 34 du code d'instruction criminelle.

En raison de la défaillance de l'Institut médico-légal, une partie des examens des spécimens prélevés sera réalisée aux États-Unis.

Dans le même temps, le chef du Parquet annonce la poursuite de l'enquête judiciaire réalisée par plusieurs substituts. Cette commission dirigera ses investigations sur les dernières fréquentations de l'ex président Préval.

Le commissaire du gouvernement fait état de sa determination à solliciter une autorisation de la chambre basse afin d'interroger le député de Pétion ville, Jerry Tardieu.

Le parlementaire avait révélé avoir longuement dialogué avec M. Préval quelques minutes avant son décès.

Le chef du Parquet est résolu de réaliser des investigations auprès des témoins dont les responsables de l'hôpital qui avaient constaté la mort de Préval et avancé la thèse d'ACV, les cinq agents de sécurité qui l'avaient conduit à l'hôpital, ainsi que sa femme qui se trouvait à l'étranger.

LLM / radio Métropole Haïti