Les membres du Conseil de sécurité des nations unies ont adopté le week end écoulé une résolution qui transformera en octobre 2017 la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah) en Mission des Nations Unies pour l'appui à la justice en Haïti (MINUJUSTH).

En adoptant, le 14 avril 2017, à l'unanimité de ses 15 membres, la résolution 2350 (2017), présentée par les États-Unis, le Conseil de sécurité a décidé que cette nouvelle mission de maintien de la paix sera chargée d'aider le Gouvernement haïtien à renforcer les institutions de l'état de droit, d'appuyer et de développer encore la police nationale, et de suivre la situation en matière de droits de l'homme dans le pays.

La MINUJUSTH devra compter jusqu'à sept unités de police constituées –soit 980 personnes– et 295 policiers hors unités constituées, pour une période initiale de six mois allant du 16 octobre 2017 au 15 avril 2018, précise la résolution. Agissant en vertu du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies, le Conseil autorise en outre la MINUJUSTH à « protéger les civils menacés de violences physiques imminentes, dans la limite de ses moyens et de ses zones de déploiement ».

Au cours des six prochains mois, la composante militaire de la MINUSTAH devra progressivement se retirer d'Haïti, « le retrait devant être terminé intégralement au 15 octobre 2017 », date de la « clôture » de la Mission, indique encore le texte.

Le Secrétaire général de l'ONU, prié de mener à bien une transition responsable entre les deux missions, devra présenter au Conseil de sécurité, « 30 jours avant l'expiration du mandat initial de la MINUJUSTH », un rapport d'évaluation qui prévoie une « stratégie de sortie sur deux ans bien établie et assortie d'objectifs clairs », pour laisser place à une présence des Nations Unies autre qu'une opération de maintien de la paix.

LLM / radio Métropole Haïti