La Représentante des Etats Unis à l'ONU, NIKKI R. HALEY a critiqué le comportement des casques bleus de la Minustah impliqués dans des viols sur mineurs.

Lors d'une réunion du conseil de sécurité de l'Onu ayant permis la prorogation de 6 mois du mandat de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti, Mme Halley a rappelé les conséquences néfastes du comportement de certains casques bleus.

Bien qu'elle soit considérée à bien des égards comme une « success story », la MINUSTAH, a déclaré Mme NIKKI R. HALEY (États-Unis), reste aussi synonyme de « cauchemar » pour de nombreux habitants en Haïti, qui ne pourront jamais oublier et vivront le reste de leurs vies avec des « cicatrices profondes ». Selon elle, des « enfants haïtiens abandonnés » et affamés, âgés de 12 ans à 15 ans, ont été attirés par des Casques bleus qui leur offraient des biscuits et des snacks. « Le prix élevé de cette nourriture, c'était des abus sexuels », a-t-elle accusé.

Selon Paisley Dodds, de l'agence AP, les enfants ont été « repassés de soldat à soldat ». « Que disons-nous à ces enfants? Ces Casques bleus les ont-ils gardés en sécurité? Nous devons reconnaître ces réalités. Que pouvons-nous apprendre de ces actes? » s'est interrogée la représentante. Ces Casques bleus sont déployés dans des communautés vulnérables pour protéger les innocents, pas pour les exploiter ou les violer, a-t-elle tranché.

Les États-Unis ont demandé aux Nations Unies et à tous les pays qui fournissent des contingents de mettre fin à ces abus. Les pays qui refusent de tenir leurs soldats pour responsables de leurs actes doivent comprendre que soit ces abus prennent fin, soit leurs contingents seront renvoyés chez eux et leurs compensations financières, terminées, a prévenu Mme Haley.

Les États-Unis continueront de faire pression sur la redevabilité des troupes en Haïti et des pays qui fournissent des contingents, a-t-elle ajouté.

Des casques bleus notamment uruguayens ont été accusés d'avoir violé un jeune haïtien et plusieurs cas de viols de jeunes femmes ont été rapportés.

LLM / radio Métropole Haïti