L'Association Culturelle Tamise en partenariat avec la MINUSTAH organisent, du 17 Avril au 9 Juin 2017,des ateliers en « Communication et renforcement de capacités » d'une durée de trois jours chacun, pour un total de 225 jeunes artistes.

Selon un communiqué de la mission onusienne ces jeunes femmes et hommes sont des membres d'associations culturelles et de la société civile actifs à Port-au-Prince (regroupant aussi des artistes de Fort-National et Carrefour), Cap-Haïtien, Fort-Liberté, Port-de-Paix, Jacmel, Les Cayes, Jérémie et Miragoâne.

Ces ateliers font suite à ceux réalisés en Mai 2016 pour 40 jeunes des Gonaïves et Hinche dans un souci à la fois de renforcer les acquis des premiers des premiers ateliers et de répondre aux souhaits exprimés par d'autres groupes d'associations et jeunes artistes de les outiller en gestion des structures associatives et de projet.

Les retombées des premières formations ont été positives comme le laisse comprendre les propos d'un jeune artiste des Gonaïves qui y a pris part : « Cette formation s'est révélée enrichissante : j'ai pu avoir des contacts avec d'autres professionnels. Cela m'a permis d'enrichir ma vision et de renforcer mes compétences. Ainsi, j'ai appris à devenir un entrepreneur. Pour moi, cette formation est un véritable investissement dans l'humain ».

Ces ateliers visent d'abord un maximum de jeunes impliqués dans la campagne Ann chwazi lapè de la MINUSTAH pour la réduction de la violence communautaire, à travers le réseau de jeunes chanteurs de « Vwa Ayiti pou lapè », la tournée de formation de 200 jeunes artistes menée en 2015 par James Germain, Emeline Michel et Beethova Obas. Ensuite, des membres des groupes de théâtre formés par l'association Les Rescapés fin 2016 et d'autres associations actives sont invités. « Nous escomptons un effet multiplicateur et un mouvement fédérateur par la mise en réseau de tous ces jeunes à travers le pays qui se sont engagés depuis le début de la campagne pour une culture de paix communautaire, » explique Gary Lubin, le Secrétaire général de l'association TAMISE qui met en œuvre ce projet financé par le Bureau de Communication stratégique et d'Information publique de la Mission onusienne.

Des intervenants de la MINUSTAH sensibiliseront aussi les participants sur la communication non-violente et sur la manière de prendre en compte la perspective du genre dans les structures des associations et dans l'élaboration et la mise en œuvre des projets à caractère culturel.

L'organisation de ces ateliers vient à un moment crucial de la vie de la Mission en pleine transition, dont l'une des priorités est de renforcer des capacités des jeunes pour qu'ils deviennent eux-mêmes des agents de changement et les promoteurs de la culture de la paix dans leurs communautés respectives.

Entre 2014 et 2016, l'association culturelle TAMISE a réalisé, en partenariat avec la MINUSTAH, quatre projets à caractère culturels dans le cadre global des activités de sensibilisation de la campagne Ann Chwazi Lapè, à travers laquelle les arts et la culture haïtiens, une richesse nationale inépuisable, sont utilisés comme des outils de promotion de la paix.

Ej/Radio Métropole Haiti