La Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (Minustah) a contribué à la réduction de la violence au cours de la dernière décennie. La cheffe de la mission, Sandra Honoré, a fait valoir en début de semaine que la situation en Haïti actuellement est bien meilleure à celle de 2004. Il s'agit notamment de la restauration et la consolidation du climat secrétaire et la réduction de la violence.

L'insécurité publique a beaucoup régressé au cours de ces dernières années. Dans le même temps les responsables de la mission onusienne ont indiqué que la section Réduction de la Violence Communautaire de la Minustah a financé environ 450 projets totalisant plus de 76 millions de dollars américains au bénéfice direct de 400,000 haïtiens.

A 6 mois de la fin de son mandat la mission est l'objet de critiques acerbes de la part de plusieurs acteurs politiques. Sandra Honoré, la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies, veut mettre en lumière des résultats probants de la Mission onusienne. « C'est le moment de procéder à une rétrospective des gestes et efforts que la Mission a accomplis en faveur des communautés haïtiennes des quartiers les plus défavorisés pour améliorer et leurs conditions de vie, leur développement personnel », a –t-elle laissé entendre.

La section Réduction de la Violence Communautaire vise à fournir des opportunités d'emploi aux anciens membres des gangs armés et aux jeunes à risque, ainsi qu'aux groupes vulnérables en particulier les femmes, de manière à contribuer aux efforts de stabilisation d'Haïti.

Depuis le séisme de 2010, la section Réduction de la Violence Communautaire a élargi son champ d'intervention à des zones particulièrement touchées par le tremblement de terre, où les communautés ont été fortement fragilisées.

LLM / radio Métropole Haïti