De retour d'une mission d'évaluation de trois jours (8-10 mai) en Haïti, le Groupe consultatif du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC) sur Haïti a indiqué vendredi que le moment est opportun pour la communauté internationale de s'intéresser et de soutenir le développement du pays.

« Haïti dispose maintenant d'un gouvernement, d'un président qui a été élu, d'un gouvernement qui a été mis en place, et cela semble fonctionner », s'est félicité vendredi le Représentant permanent du Canada et Président du Groupe consultatif, Marc-André Blanchard, lors d'une conférence de presse à New York.

« (Les Haïtiens) ont des priorités qui sont très intéressantes en phase avec les objectifs du Programme (de développement durable) à l'horizon 2030 », a salué M. Blanchard. « Il y a donc une occasion pour agir en Haïti maintenant ».

Le Président du Groupe consultatif a toutefois rappelé que la situation en Haïti demeure précaire et urgente. « Il y a une urgence d'agir », a-t-il dit, soulignant que le tournant sera le passage d'un accent mis sur les efforts humanitaires à un des efforts sur le développement.

« La direction de la coordination de cet accent sur le développement appartient au gouvernement et nous devons faire en sorte que la communauté internationale et les Nations Unies viennent en appui à ce gouvernement et que nous collaborons étroitement avec lui pour qu'il réussisse dans ses priorités », a déclaré M. Blanchard, citant notamment l'Etat de droit, la sécurité publique, les droits démocratiques et la modernisation de l'Etat.

Le Président du Groupe consultatif a également salué les objectifs économiques du nouveau gouvernement haïtien en matière d'agriculture, de tourisme, d'infrastructures et de services, qui selon lui doivent être appuyés par la communauté internationale.

« Ce n'est pas le moment de partir d'Haïti mais celui de faire une différence pour le peuple d'Haïti et son gouvernement », a conclu M. Blanchard.

EJ/Radio Métropole Haïti