Des négociations sont en cours entre les autorités haïtiennes et les responsables de l'association des professionnels du Pétrole. Il s'agit de désamorcer le conflit qui oppose le Bureau de Monétisation des Programmes d'aide publique au Développement (BMPAD) aux trois compagnies pétrolières présentes en Haïti.

Total, National et Sol, trois compagnies françaises ont, la semaine écoulée, importé directement des hydrocarbures sans tenir compte du monopole du BMPAD dans le secteur. Les directeurs de ces compagnies sont l'objet de mandat amener émis par le chef du Parquet de la capitale.

Le président de la commission finance du Sénat, Nenel Cassy, a indiqué avoir convoqué le directeur du BMPAD et le ministre des finances pour une audition sur le dossier le jeudi 6 juillet 2017. Il recommande aux acteurs impliqués dans la crise à rechercher dans le dialogue une solution au problème de l'importation d'essence.

Tel n'est pas l'avis du député Alfredo Antoine qui s'insurge contre l'initiative des compagnies étrangères d'importer un produit stratégique sans autorisation du gouvernement. C'est une attitude pour dire que le pays n'est pas souverain, insiste le parlementaire.

Il déplore que les autorités haïtiennes aient récemment autorisé le rachat de l'unique compagnie haïtienne, Dinasa, par une firme française.

Le commissaire du gouvernement a indiqué que le capitaine et les membres d'équipage des deux tankers de produits pétroliers se trouvant au port de Port-au-Prince ont été interpellés.

C'est la première fois que les autorités haïtiennes réagissent avec vigueur dans ce secteur. Les compagnies pétrolières ont tenté également pour la première fois de casser le monopole sur l'importation des hydrocarbures.

LLM / radio Métropole Haïti