Le porte-parole de la Présidence estime qu'avec la publication dans le Journal officiel Le Moniteur de la nouvelle fixation du salaire minimum, le débat est partiellement clos.

Toute nouvelle décision visant à une révision à la hausse du salaire minimum journalier dépendrait de ce que dit la loi portant sur la question.

Alors que des ouvriers du secteur textile continuent de rejeter les 350 gourdes fixés par le chef de l'Etat, Lucien Jura annonce que certains accompagnements sociaux promis par le gouvernement sont déjà une réalité.

L'arrêté fixant le salaire minimum de référence suivant les secteurs économique est paru le 25 juillet dernier dans le journal le Moniteur :

Selon les termes de cet arrêté, le salaire minimum quotidien dans le segment A qui comprend principalement les banques, les commerces ou les écoles privées, passe à 400g pour une journée de 8 heures de travail, pour les segment B, F et H, à savoir les travaux publics, les entreprises manufacturières pour le marché local ou l'exportation et les hôpitaux privés comptant plus de 10 employés, il passe à 350g.

Pour les entreprises de sécurité privée et les employés des entreprises de distribution de produits pétrolier, le salaire minimum journalier passe à 300g.

Et enfin il sera désormais de 290g pour le segment C qui comprends notamment les hôtel-restaurants et de 200g pour les employés de maison.

Selon l‘arrêté présidentiel, ces salaires minimum de référence par secteur d'activité seront appliqués à partir du 31 aout 2017.

EJ/Radio Métropole Haïti