Les experts en immigration affirment que les migrants haïtiens devront attendre plusieurs mois avant de savoir s'ils pourront obtenir l'asile au Canada.

Le 2 aout 2017 la Croix-Rouge Canadienne a été forcée de se tourner vers le Stade olympique pour héberger les migrants, qui arrivent toujours de plus en plus nombreux aux douanes canadiennes.

L'organisme a déplacé les migrants qui étaient logés dans des résidences de l'UQAM avec l'arrivée imminente de la rentrée scolaire.

«La machine a explosé. C'est sans compter le manque de moyens des services frontaliers et celui du système de justice, estime Me Stéphane Handfield, avocat en immigration constatant l'allongement des délais de traitement des dossiers.

Il explique que désormais, la recevabilité des demandes d'asile n'est plus étudiée à la frontière mais les migrants doivent se rendre au bureau d'Immigration et citoyenneté Canada à Montréal pour obtenir une date d'audience devant un commissaire, qui donnera sa réponse quelques mois plus tard. «Présentement, il faut attendre septembre pour la date d'audience, donc les demandeurs d'asile ne sauront pas si leur demande est acceptée avant 2018, évalue Me Handfield. S'il y a refus et appel de la décision, la procédure peut aller jusqu'à un an ou plus.»

De son coté le maire de Montréal, Denis Coderre, a soutenu qu'il allait travailler de concert avec les deux paliers de gouvernement afin d'accueillir les migrants. Il a assuré qu'il y aurait eu 2500 nouveaux arrivants en juillet.

LLM / radio Métropole Haïti