Les migrants haïtiens au Chili sont confrontés à un nouveau défi, la stigmatisation, en raison du cas de lèpre diagnostiqué chez un membre de cette communauté.

Un haïtien, dans la ville de Valvidia, a été pris en charge la semaine écoulée par le système sanitaire à cause de la lèpre. Plusieurs milliers d'haïtiens ont émigré au Chili au cours des derniers mois en raison d'une politique migratoire favorable.

En dépit des messages des autorités chiliennes, pour rassurer la population, des citoyens expriment des craintes d'une contamination massive. Les haïtiens en quête d'emplois estiment être dans l'obligation de prouver qu'ils ne sont pas infectés par la lèpre.

Des membres de la communauté révèlent qu'ils ont été victimes d'injures et de propos racistes. Certains se sont rendus à l'Hôpital régional de Valdivia afin de prouver qu'ils n'ont pas la lèpre.

Ils ont fait valoir qu'ils ne peuvent trouver un emploi depuis la publication de l'information sur la lèpre. Les haïtiens ont expliqué que le certificat serait la preuve de leur santé afin qu'ils puissent trouver un emploi.

Très peu d'information sont disponibles sur l'itinéraire du migrant haïtien, dans la trentaine, atteint de lèpre.

LLM / radio Métropole Haïti