Le président des Etats Unis, Donald Trump, ne prorogera pas le mandat de l'actuel envoyé spécial Kenneth Merten. Cette décision s'inscrit dans le cadre de la nouvelle stratégie de la diplomatie américaine de réduire les fonds alloués à certains programmes.

Selon le secrétaire d'Etat, Rex Tillerson, la majorité des postes d'envoyés spéciaux sera supprimé et leurs responsabilités réassignées dans le cadre d'une révision globale du Département d'Etat. Sur les 66 envoyés spéciaux ou représentants actuels, seulement 30 seront maintenus.

9 postes dont celui d'Haïti, de l'Arctique, de la Syrie, du Myanmar, de la Libye, du Soudan et du Sud-Soudan seront supprimés. L'administration Trump conservera les envoyés ou ambassadeurs pour les questions féminines, les otages, les négociations israélo-palestiniennes, la traite des êtres humains, le VIH / SIDA et l'Holocauste.

Lors d'une audition au Congrès, le secrétaire d'état a expliqué que 21 postes seront «intégrés» dans d'autres bureaux, 5 fusionnés avec d'autres postes et 1 transféré à l'Agence américaine pour le développement international, le bras de l'aide étrangère du gouvernement.

M. Kenneth Merten, qui fut ambassadeur à Port-au-Prince avait occupé ce poste après le départ de Thomas Adams.

LLM / radio Métropole Haïti