Les professionnels retraités de la diaspora haïtienne sont prêts à participer à la formation des jeunes dans plusieurs domaines et à divers niveaux pour le relèvement économique et social d'Haïti. C'est la position exprimée par des représentants d'associations haïtiennes de l'étranger rencontrés à Petit-Goâve.

Plusieurs s'investissent déjà dans l'éducation des enfants, la formation des cadres et des universitaires haïtiens par des séminaires portant sur des disciplines spécifiques. C'est le cas de Madame Yolande Pierre, membre de plusieurs associations de professionnels dont Friends of Petit-Goâve ou encore Three Little Flowers Center Inc.

Elle a fondé avec les autres membres des associations pré-citées deux écoles qui fonctionnent du préscolaire à la 6e année fondamentale: Sant twa ti Flè (Centre des trois petits Fleurs) et l'École Décilus Monice. les deux institutions appartiennent aux associations.

Néanmoins, comme conseillère pédagogique, les services de Madame Pierre consistent à la formation des enseignants sur la méthodologie, les stratégies et les meilleurs techniques d'enseignement.

Les centres scolaires qui comptent environ 220 écoliers chacun, sont équipés de laboratoire informatique. La formation des maitres se fait de manière régulière. Sans le savoir, Madame Pierre et son équipe travaillent à rendre effectif le projet Transfert de Connaissance du ministère des Haïtiens vivant à l'étranger.

En effet, le projet Tranfert de compétence de la Diaspora communément appelé TOKTEN s'inscrit dans la mise en oeuvre d'une stratégie intégrée du développement par la mobilisation de la diaspora en appui au plan d'action pour le relèvement et le développement d'Haïti.

EJ/Radio Métropole Haïti