Au cours des dernières heures, la tempête Irma est devenue un puissant ouragan de catégorie 5, le niveau le plus élevé possible sur l'échelle Saffir-Simpson. L'ouragan est accompagné par de forts vents et des orages pendant sa trajectoire probable à travers les Caraïbes.

Si elle continue sur sa route actuelle, cela entraînera des dégâts dévastateurs dans les prochaines heures dans les territoires d'Antigua-et-Barbuda, de la Dominique, de St Maarten, de Saint-Kitts-et-Nevis et des îles Vierges. On s'attend à ce qu'il frappe la République dominicaine, Haïti et Cuba, affectant directement la vie de centaines de milliers d'enfants, d'adolescents et de leurs familles.

Bien qu'il soit encore tôt pour connaître l'impact total qu'Irma aura dans la région, les principales préoccupations de l'UNICEF s'articulent autour de l'approvisionnement en eau potable et en nourriture, ainsi que sur la santé et la protection des enfants et des adolescents.

« Compte tenu de la magnitude que représente Irma, il est à la fois urgent et nécessaire d'être préparé, informé et vigilant afin d'éviter l'impact sur les plus vulnérables, c'est-à-dire les enfants », indique Marita Perceval, directrice régionale de l'UNICEF en Amérique latine et dans les Caraïbes.

L'UNICEF en Amérique latine et dans les Caraïbes, en coordination avec les bureaux dans les pays concernés et le siège à New York, a activé les protocoles de situation d'urgence et est en contact constant avec les gouvernements, les autres organismes des Nations Unies et les organisations partenaires pour offrir l'assistance et le soutien requis.

L'UNICEF a également préposé des stocks en eau potable, des aliments et médicaments imperméables ainsi que des trousses d'urgence, en coordination avec les autorités nationales des communautés les plus touchées.

Pour s'assurer que les populations touchées aient un accès direct à des informations telles que la façon de faire face à l'ouragan, l'UNICEF a activé sa plate-forme U-Report. Ce qui permet à l'UNICEF d'envoyer des messages aux jeunes et aux adolescents, qui les reçoivent via leurs comptes Facebook Messenger et les médias sociaux. Le nombre de jeunes qui ont demandé de recevoir ces messages a augmenté rapidement au cours des dernières 24 heures, en particulier en Haïti et en République dominicaine.

Irma est devenue le phénomène naturel le plus dangereux de 2017 et est maintenant plus forte que l'ouragan Matthew d'octobre dernier, un ouragan de catégorie 4, qui a dévasté le sud d'Haïti et le sud-est de Cuba.

En Haïti seulement, Matthew a affecté 3,2 millions de personnes, dont 1,3 million d'enfants. L'UNICEF a participé activement à la réponse d'urgence en collaboration avec le gouvernement haïtien dans des interventions clés axées sur l'eau, l'hygiène, l'éducation, la protection, la nutrition et la santé, tout en répondant à la propagation du choléra.

L'UNICEF continue de travailler avec ses partenaires dans la région et, à la suite de ces actions, a permis, entre autres, de réhabiliter 75 écoles qui ont permis à 25 000 écoliers de retourner dans leur salle de classe, à 400 000 personnes d'avoir accès à l'eau potable et à 80 000 personnes de recevoir des soins sur les points médicaux installés dans les zones les plus touchées.

À Cuba, environ 150 000 personnes ont perdu leurs affaires dans la province de Guantanamo et 90% des maisons à Baracoa ont été touchées. L'ouragan Matthew a également affecté plus de 290 centres d'éducation dans la province de Guantanamo et a causé des dégâts à 96 pour cent des écoles et garderies dans le district de Baracoa.

Environ 6 500 filles et 8 000 garçons dans les communes de Maisi, Imias, San Antonio del Sur, Baracoa et Yateras ont bénéficié de trousses d'éducation et de loisirs offertes par l'UNICEF. En outre, 153 centres d'éducation et 83 communautés ont reçu des trousses de développement pour la petite enfance, qui ont offert une éducation à la petite enfance à plus de 12 700 enfants sur l'île.

EJ/Radio Métropole Haïti